Pour des raisons toutes personnelles, j'ai décidé de me rendre en solo avec mon ami le sac à dos, en Birmanie. 15 jours en tête à tête dans un pays fascinant baptisé depuis 1988, Myanmar et aux mains d'une junte militaire depuis 1962, ce n'est pas forcément le plus simple au premier abord. Et au final, les choses se sont très bien passées! Je connaissais mes deux guides par coeur et surtout, les parcours touristiques sont tellement balisés qu'il est difficile de sortir des chemins battus et qu'on ne voit que ce qu'on veut bien nous faire voir.

En préparant mon voyage, je me suis posée la question du boycott du tourisme, lancé par Aung San Suu Kyi en 1995 (lorsque la junte souhaitait faire de 1996, l'année du tourisme en Birmanie et ainsi ouvrir ses caisses aux entrées d'argent occidentales). Mais certains arguments m'ont décidé à m'y rendre et en juin 2011, l'opposante a levé ce boycott appelant à un tourisme responsable. Ce que j'ai essayé de faire en faisant appel à des services privés, en descendant dans les petites GH familiales, en faisant vivre les petits commerces et en parvenant à ne pas payer les droits d'entrée des sites de Bagan et Mandalay s'élevant à 20$. Mais je ne me fais pas d'illusions non plus et je sais par exemple que même les petits hôtels paient 12% de taxe au gouvernement...

Yangon ou Rangoon: premiers pas en Birmanie car il est interdit d'y pénétrer par voie terrestre. Le dépaysement est immédiat. J'ai l'impression d'être 50 ans en arrière: les hommes portent tous des longyi, sorte de paréos à carreaux noués sur le bassin pour les hommes (sur les hanches pour les femmes); les femmes sont maquillées d'une étrange pâte jaune, le thanaka, faite à partir d'une écorce d'arbre; les voitures sont d'une autre époque; les immeubles coloniaux laissés à l'abandon me font penser à Cuba, les trottoirs cabossés, les fils électriques par centaines servant de perchoirs aux pigeons....

3 ladies

batiments

pigeons

rue rangoon

stand food

Dès mon arrivée, je ne me sens pas très à l'aise mais cette impression se dissipera rapidement. Une fois avoir changé mon argent au black (en effet, la carte bleue et les distributeurs sont inexistants en Birmanie et on doit arriver avec des dollars tout beau tout neuf, le moindre pli le rendant invalide au change) près du marché Bogyoke (grand marché quelque peu touristique qui propose plein de beaux produits d'artisanat) et m'être un peu fait avoir, la fascination prend le dessus.

Les stands de nourriture, les moines à tout va, les toits des pagodes dorées au milieu d'un urbanisme qui se développe à un autre rythme qu'en Chine. Arpenter Yangon, c'est pénétrer dans des atmosphères toutes différentes: le quartier Indien avec ses temples hindous où se baladent des lapins en liberté (vrai de vrai!); le quartier chinois me rappelle la Chine du sud; et au milieu de ce little Delhi et Chinatown, se dressent des bâtiments britanniques à l'agonie aux façades grisâtres  recouvertes de végétation.

temple chinois

bonzesses

Les jeunes bonzesses se promènent et chantent.

maison thé

Les petites maisons de thé sur des tables de dînette: parfait pour déguster le thé avec une bonne dose de lait concentré et des patisseries. Un vrai moment convivial pour les Birmans.

bus

Ma 1ère expérience: le bus dans lequel on monte à la sauvette. Fort!

journeaux

On plie les journeaux le matin à 7h avant de les vendre à la criée.

trottoir

La joie des trottoirs tout cabossés!

 Lorsqu'on se balade sur les rives de l'Irrawaddy, le fleuve principal du pays, on prend conscience du grouillement de la ville et des ouvriers qui y travaillent bien que la ville depuis 2005 ait perdu son titre de capitale. La junte pour des raisons assez floues (politiques car peur d'attentats et ésotériques, l'astrologue du pouvoir ayant influencé cette décision) a décidé de déménager dans le secret la capitale vers Nay Pyi Daw, qui signifie " la demeure des rois" (toute la mégalomanie et superstition de cette dictature!). La population a appris ce changement quelques mois après. L''avenir semble leur avoir donné raison car alors que Yangon était frappé par le cyclone Nargis en 2008 qui a fait plus 140 000 morts et 2 millions de sans abris, Nay Pyi Daw n'a pas été touché.

Yangon est aussi célébre pour ses très belles pagodes ou payas en birman.

bouddha bois

bouddha couché

La pagode Chauzkhtakyi: on trouve dans cette pagode, un des plus grands bouddha couché du pays. 70m ! Il date de 1980 et a été recouvert à la feuille d'or. Ses pieds sont incrustés des 108 préceptes bouddhiques.

bouddha couché pied

paya sule

La paya Sule: une pagode au milieu d'un rond point et du traffic urbain.

paya sule bis

shwedagon

La Paya Shwedagon: le joyau birman! Vieille de 2500 ans, elle est au coeur de la vie religieuse birmane. S'y dégage une atmosphère de vénération et mystique amplifiée par ma visite sous la pluie. Après avoir visitée l'immense pagode et admiré les petites stupas, les bouddhas, il s'est mis à pleuvoir. Une chance car c'était la seconde averse depuis le début de mon séjour en plein saison des pluies. Tout le monde s'est abrité dans les temples en attendant que la pluie cesse tout en continuant à prier en direction de la stupa. Très beau "spectacle".

La stupa centrale abrite 8 cheveux de Bouddha. Elle fut plusieurs fois pillée car elle conserve de fabuleux trésors: la stupa principale, haute de 100 m est recouverte de 700 kg d'or et la girouette est incrustée de plus de 2400 pierres précieuses! De quoi attirer les convoitises! C'est pour cela qu'elle est encore plus belle la nuit lorsqu'elle brille de mille feux. Symboliquement, Shwedagon demeure le point de ralliement de nombreuses manifestations du peuple comme en 1988 et en 2007 lors de la révolution safran.

bouddha éléphant

L'éléphant blanc porte bonheur en Birmanie car la maman de Bouddha aurait été fécondée par un éléphant blanc. Chaque empereur en avait un. Sans être vraiment blanc, l'animal devait posséder: 4 ongles au lieu de 5, une peau virant au rouge quand on l'asperge, un iris jaune cerclé de rouge et une queue d'une certaine longueur! De plus selon le calendrier birman qui possède 8 jours (le mercredi est divisé en 2), Bouddha, né un mercredi, serait du signe de l'éléphant.

bouddha paya

paya

paya 1

shwedagon nuit

La pagode Shwedagon de nuie.

moine tel

Un moine au téléphone! Version birmane de la cabine téléphonique: un téléphone sur une table dans la rue!