Breakfast in Beijing

28 septembre 2011

La vie de quartier

Cela fait déjà 1 an que j'ai troqué mon appartement au 19e étage d'une tour moderne dans un quartier pas très funky, pour cette maison sucrée maison dans un hutong. Je peux dire que ça a changé ma vie en Chine et j'adore flâner, prendre l'air du temps le pif en l'air, au fil des saisons, des bruits de mes voisins. Car bruyant ce n'est pas mais animé certainement, entre les gens qui crachent, les chiens, les mémés qui racontent leur vie dès 5h du matin et promènent fièrement leur petit fils!

adressse

Welcome to Chaonei Bei Xioa Jie!

assoupi

La douceur de l'automne permet à certains de faire la sieste.

couettes

Les couettes sèchent au soleil avec les culottes, les pantoufles. C'est la vie collective!

joueurs

Les joueurs de mahjong au pied de mon appartement. Fidèles au poste du matin au soir. Le visage concentré, ils scrutent les gestes de leurs voisins et chaque action est longuement réfléchie. C'est une affaire d'hommes! Parfois quelques voisines viennent observer mais sans oser perturber le jeu.

tu me balades

La chevauchée fantastique à 2 ou comment promener Mamie!

vieilles dames papotent

Refaire le monde à la chinoise.

coiffeur

Le coiffeur de rue. Je ne serai pas vraiment heureuse à sa place...

vieille dame et chat

Ma mamie favorite, elle passe sa journée à farfouiller un peu partout et s'assoit parfois dans une petite benne. Elle me garde mon vélo!

oies

Amélie et Amélia, mes nouvelles copines préférées. Oui des oies en plein centre de Pékin. Welcome to China. C'est ce décalage entre une ville très moderne et un autre temps que je préfère.  Elles sortent de leur poulailler plusieurs fois dans la journée et se promènent tranquillement. Par contre, telle une horloge, elles scandent les heures dès le lever du soleil. J'adore leur conversation.

chat à sa fenetre1

Mon voisin de fenêtre. On se scrute pour deviner qui se lassera le premier.

bennes

Paysage urbain : les bennes à ordures. Des messieurs arpent les rues sur ces vélos et ramassent les déchets dans les hutongs avant de les rapporter à des plus grosses bennes qui attendent dans les grandes rues.

Avec cette petite balade, vous découvrez un peu la vie dans un quartier chinois au quotidien. Il manque les bruits et les odeurs... C'est ce que je vais laisser derrière moi. C'est ce qui va le plus me manquer...

Posté par elsaplume à 08:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


26 septembre 2011

Virée matinale à Jingshan

Avant de partir, j'ai une to-do list longue comme le bras. Parmis les choses que je veux faire pour la première fois ou simplement revivre, j'avais très envie d'aller à la colline de charbon et voir les Chinois faire leur sport et leur tai-chi matinal.

De la colline (artificielle) haute de 108 m, on surplombe la cité interdite. La terre pour la construire vient des douves de la cité. C'est ici que le dernier empereur Ming, Chongzhen, se pendit en 1644, alors que plus de 400 000 paysans entraient dans la ville...

taichi

cité interdite

Du haut de la colline de charbon (Jingshan), on a une vue magnifique sur toute la cité interdite.

Quand je dis matinal, ils sont déjà tous sur le pont à 6h30! J'y suis donc allée avec mon petit vélo et je me suis promenée. Émerveillée de la souplesse d'un petit pépé qui se caresse les doigts de pied, impressionnée par tant d'énergie aussi tôt pour jouer au badminton et en admiration face à fluidité des gestes des maîtres de tai-chi.

messieurs riants

Les petits vieux se retrouvent tous les matins dans les parcs et discutent, commentent l'actualité... Parfois, on entend des hommes crier et s'interpeller fort: c'est normal, ils sont durs de la feuille!

monsieur

J'ai adoré regarder et écouter ce monsieur car comme il est sourd, il se penchait toujours en avant pour mieux entendre ses copains tout en rigolant.

musclor

histoire à jingshan

J'ai découvert une nouvelle activité chinoise: écouter une histoire. Tous en cercle autour d'un poste de radio, ils vibrent et rigolent tous ensemble au son des aventures de leurs héros. Les Chinois adorent les histoires lues à haute voix. Cela fait partie de leurs habitudes et bien souvent dans les taxis, vous pouvez les écouter. Je trouve cela bien de pouvoir plonger dans des livres ou des histoires de cette façon.

caligraphie eau

Les calligraphes éphémères: ils tracent des caractères sur le sol, à l'aide d'un pinceau mouillé. Une beauté qui ne dure qu'un instant.

Pour ma part, je me suis mise dans un groupe et j'ai suivi la chorégraphie sur une musique quelque peu dynamique et pop. Il s'agit de faire des étirements, tout en se donnant des petites tapes sur les cuisses, les mains, les bras pour que les énergies circulent. Et de bon matin, ça fait un bien fou! Pas surprenant que les personnes âgées chinoises soient si en forme.

Après un tel sport, rien de mieux que quelques baozis (petit pain vapeur à la viande) pour le petit déjeuner!

Posté par elsaplume à 08:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2011

Bagan ou la folie des temples

temple

A mon arrivée à Bagan, après 15h de bateau, j'avais vu les temples sur la rive et déjà, je les avais trouvé impressionnants. Certes pas de la même façon que ceux d'Angkor qui sont si riches et variés, mais  dans ce paysage assez désertique, admirer ces 2000 temples à l'horizon, j'ai compris la magie des lieux. C'est plus de 4000 pagodes et stupas construites entre le XIe et le XIIIe siècle. On retrouve des traces d'inspiration khmère avec des temples en briques rouges.

Les temples se trouvent dans la ville de Bagan (dite Old Bagan) car en 1990, le gouvernement a ordonné à la population de déménager vers la ville de New Bagan. La version officielle justifie ce déplacement de personnes et de maisons détruites par la volonté de construire une ville plus salubre...

Le site est payant (10 $)  et vous devez acheté votre ticket à votre arrivée par bateau, avion ou terrestre. Heureux hasard, je suis encore passée à travers les mailles du filet. Je me suis contentée d'une journée de balade dans les temples dans une jolie calèche car la chaleur et l'aspect assez répétitif des temples m'ont plutôt donné envie de voir les marchés... Le faire à vélo sous ce soleil de plomb et avec tant de temples est faisable mais plus galère.

temples vue

Vue magnifique depuis le haut d'un temple.

Le temple d'Ananda est le plus célèbre et le plus imposant. Il a été construit au 11e siècle par le Roi Kyanzittha. J'étais surprise de ces murs "blancs" qui donnent une allure assez moderne au temple. Les très belles flèches dorées brillent sous les rayons du soleil.

temple 1

temple 2

temple 3

Je n'ai pas en mémoire l'ensemble des noms des temples car en une journée, j'ai du en visiter une dizaine. Bien souvent, l'extérieur est mieux conservé que l'intérieur où l'on croise chauves-souris et chats. Lampe de poche bienvenue. Mais il reste parfois de très belles portes en bois, des fresques murales ainsi que de beaux bouddhas.

temples 4

temples à la fenetre

 

Début de mon expédition galère ou comment se perdre, s'ensabler à vélo tout cela à 18h sans bouteille d'eau au milieu de nul part... Heureusement ce beau pick up, flambant neuf est arrivé de nul part et m'a sauvé! Le chauffeur était halluciné de me voir si heureuse ;) Admirer le pare brise et la vue sur le moteur. On lève les pieds s'il vous plaît!

parebrise

freins

bébé au jouet

Bout de chou tout maquillé de thanaka.

dame tanaka

Cette dame frotte le rondin de thanaka sur une pierre lisse avec de l'eau avant de se maquiller.

bouddha plein pied

Curieux Bouddha du temple d'Ananda. De loin il sourit et de prêt, il a l'air triste! Incroyable.

bouddha sourire

bouddha triste

bouddhas

cigarillos

Après m'être perdue (encore), un monsieur m'a compris (le mime de la cigarette!) et m'a fait signe de le suivre, lui en mobylette et moi à vélo. Après avoir croisé 2 cochons et traversé un jardin, je suis arrivée à la fabrique de cheerots de Bagan. Les femmes à l'ouvrage ont été surprises de me voir et m'ont montré comment elles roulaient à une vitesse folle les cigares dans des feuilles de maïs.

avec ma cop's

Ma nouvelle amie. Elle a essayé de me faire fumer mais ce ne fut pas un franc succès.

salon de thé

Le salon de thé est the place to be! Celui-ci s'apelle Min Thi Ha et se trouve tout près du marché.

Les hommes surtout s'y réunissent , installés sur des petits tabourets en plastique, pour refaire le monde, parler de politique et siroter un thé ou un café avec tout plein de lait concentré! Humm. On peut aussi y déguster toutes sortes de pâtisseries délicieuses et frites. Très souvent un briquet attaché à un élastique est suspendu à l'entrée et les discussions sont entrecoupées d'allers et venues pour allumer sa cigarette ;) Autre activité importante: regarder des séries hautement sirupeuses birmanes!

Le marché de Bagan est vraiment un moment très agréable pour flâner entre les odeurs d'épices ou de poissons, écouter les Birmans chanter, acheter du tissu et faire leurs emplettes. J'y étais très tôt sur mon super vélo et il n'y avait aucun étranger. J'ai pu me rendre compte de l'ambiance birmane. On vend de tout: de la dose de shampooing au sachet de café soluble en passant par toutes sortes de fruits et de légumes.

marché bagan

épices

piments

poissons

viande

bonzesses marchés

Sur les marchés, on peut souvent apercevoir des bonzesses faisant l'aumone.

On vient souvent à Bagan pour ses temples of course, mais la petite ville de Nyaung Oo m'aura vraiment beaucoup séduite et ma guesthouse New Heaven proposait des chambres très correctes.

Un bon moment avant de m'envoler pour de nouvelles aventures.

Posté par elsaplume à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 août 2011

Sur le pont matelot!

J'avais programmé tout mon voyage en Birmanie en fonction de ce voyage en bateau lent qui part de Mandalay et descend le fleuve pour Bagan. Il ne navigue que le mercredi et le dimanche. Il vaut mieux ne pas le louper! En haute saison, le speed boat fonctionne tous les jours mais son prix le destine surtout aux touristes. Alors que le bateau lent est vraiment le bateau de marchandise  et ne coûte "que" 10$. Nous n'étions qu'une dizaine d'étrangers en tout et nous avions droit à un traitement de faveur car nous étions installés sur des chaises en plastique alors que les locaux sont à même le sol.

bateau

Chacun dépose des bâches en plastique et passe le temps en contemplant la vie monotone du fleuve. J'ai eu quelques doutes sur le nombre de gilet de sauvetage pour tout le bateau...

Nous sommes partis à 5h du matin pour arriver à 19h... Lent je vous disais! J'avais lu sur des forums que le voyage était éprouvant mais ce ne fut que des bonnes surprises: un petit "bar" pour acheter de l'eau et du riz, des toilettes, des vendeurs de snacks à chaque escale... Chaque pose emmenait son lot de vendeurs différents: bananes, pastèque, samosas, cuisses de poulet... Pour tous les goûts. Cela nous permettait de rencontrer les gens et de voir plein de choses incroyables!

banana_woman

femme___la_past_que

femme_et_bananes

monsieur_au_vent

Ce Monsieur nous a regardé pendant tout le voyage, très curieux de ce que nous faisons, comment nous étions habillés. D'abord suspicieux puis souriant. Il nous a même offert des mangues!

femme_et_enfant

sourire

Environ toutes les heures, le bateau klaxonnait et accostait: une foule nous attendait sur la rive. Un ballet incessant de vendeurs montant à bord le temps de l'escale, de nouveaux passagers et des marchandises déchargeaient par des hommes empruntant la planche en bois servant de pont. Le passage du bateau rythme vraiment la vie des Birmans. Certains partent avec leurs marchandises vers des marchés le mercredi et rentrent le dimanche tandis que d'autres attendent l'arrivée de certaines vivres.

dame_au_poulet

Délicieuses ailes de poulet au curry: l'influence indienne est pas loin.

rives

__bord

moine_et_foot

Je vous parlais de la passion des Birmans pour le foot!

charrue

Un autre temps: la charrue tirée par des boeufs est un moyen de transport très prisé dans les champs et pour le transport.

homme_et_enfant

homme_sur_la_rive

Je ne regrette pas une seule minute d'avoir passer tant de temps le nez au vent sur le pont de ce bateau car j'ai l'impression de m'être un peu plus immergée en Birmanie et d'avoir vue des facettes moins touristiques. Les gens toujours au grand sourire et des instants de vie assez géniaux. De plus j'ai eu la chance de faire ce voyage avec mes amis de Las Vegas, Rosemary et Robert et ma famille d'adoption, Laurence, Christian, Nils et Eymeric! Voyager en bonne compagnie, c'est chouette aussi!

 

Posté par elsaplume à 12:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 août 2011

Birmanie: les trois villes impériales

A quelques kilomètres de Mandalay se trouvent quatre anciennes capitales birmanes. Avec mes compagnons de route de Las Vegas nous n'en visitâmes que 3 : Amarapura, Inwa et Sagaing dans un petit taxi bleu loué à la journée.

farbrique_bouddha

Sur la route, nous sommes passés dans une rue pleine de fabriquants de bouddhas en marbre. Il y en avait par centaines.

Amarapura, la "cité immortelle" est la plus célèbre pour son pont de teck de 1200 m (le plus long pont de teck du monde!). Construite en 1782 par Bodowpaya, elle ne resta pas longtemps capitale du royaume. Notre visite commence par un joli temple désert haut en couleurs mais dont je ne connais malheureusement pas le nom...

monast_re_amapura

S'en suivit le monastère de BARKAYA, un des monastères les plus actifs du pays. Tous les touristes arrivent à 10h15 pour assister au déjeuner des moines. La vie monastique est réglée comme du papier à musique: lever à 5h, petit déjeuner, étude et à 10h15, dernier repas de la journée car ils n'ont plus le droit de manger après 12h. C'était chouette, de voir tous ces moines, de tout âge (on peut entrer au monastère dès 5 ans), sortir de nulle part et se rendre vers le réfectoire avec leur gamelle avant de repartir 15 minutes plus tard, toujours en ligne, dans le même silence.

repas_des_moines

jeune_moine

jeunes_moines

r_fectoire

Me sentant un peu mal à l'aise de les regarder manger comme des bêtes curieuses, j'en ai profité pour discuter avec un Birman qui travaillait au monastère. Il m'a appris que ce dernier servait également d'école pour les enfants défavorisés. Il m'a  expliqué les 10 règles de vie des moines:

  • avoir un grand coeur
  • suivre le code de discipline monastique
  • être en bonne santé
  • être propre
  • savoir s'habiller
  • savoir être intelligent dans son comportement
  • marcher sereinement
  • parler de manière sensée
  • obéir aux règles
  • être assidu au travail

toge

moines___la_fenetre

Tous les Birmans ont au moins passé un an dans un monastère. On comprend mieux l'importance de la religion dans le pays.

Nous sommes revenus à Amarapura à la fin de la journée pour admirer le magnifique pont d'U Bein. Il franchit le lac Taungthaman et fut construit en 1849. Il mérite vraiment sa réputation! Se promener sur le pont fut vraiment passionnant car il surplombe le fleuve et l'on peut voir des chars à boeufs ainsi que des pécheurs à la ligne avec de l'eau jusqu'à la taille. De plus à 18h, tout le monde rentrait chez soi (écoliers, travailleurs, paysans, moines...) et empruntait le pont. Le paysage était vraiment d'une grande sérénité. Coup de coeur!

pont

jeune_fille_sur_le_pont

Jeune fille adorable, les joues maquillées de thanaka.

buffles

moine_sur_pont

Et oui, c'est une copie de la photo sur le Lonely Planet qui m'a bien servi avec ses cartes très précises!

moine_sur_pont_1

b_b__sur_pont

Il est mignon!

Un peu plus loin de Mandalay se trouve Inwa. Edifiée en 1364, elle fut pendant 4 siècles capitale du royaume birman. il faut emprunter une pirogue qui vous fait traverser le fleuve et là commence la balade de la ville en calèche! Indispensable car c'est vraiment grand. Il y a quelques jolies ruines de temples en briques et la tour du palais qui permet d'avoir une très belle vue. Les visiteurs viennent surtout pour le monastère de BAGAYA mais comme je n'avais pas le ticket, j'ai passé mon tour. Refusant de payer cet argent au gouvernement alors que j'avais réussi à passer sans pour mes autres visites. Se balader à cheval dans la campagne birmane m'a fait découvrir une nouvelle facette du pays et j'avais à nouveau l'impression d'être hors du temps.

inwa_fleuve

cal_che

inwa

temple_brique

temple_brique_bouddha

jeune_fille_tanaka

Dernière étape: Sagaing. Je l'ai vraiment parcourue  très vite et je ne pas trop aimé cette petite ville. Elle doit mériter plus d'attention. Du haut de la colline, j'avoue que la vue sur les 30 collines alentours et sur toutes les pagodes du coin est pas mal. On ne sait plus où regarder, lesquelles sont neuves, lesquelles sont anciennes... C'est assez incroyable!

vue_colline

sagaing_temple

_cureuil

Je sais, c'est mal de jouer avec les animaux...

Fin de la journée en charmante compagnie avec dégustation d'un poisson du fleuve. En plus, j'ai reçu un petit message au restaurant d'un admirateur secret: "I love you, please call me back". :)

busLes Birmans sont vraiment super accueillants!

Posté par elsaplume à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 août 2011

Birmanie: coup de foudre pour Mandalay!

Après une courte nuit à Rangoon, je me suis envolée pour Mandalay. La découverte de l'aéroport made in Burma vaut déjà le coup d'oeil: déserté par les touristes, l'enregistrement se fait à la main, mon bagage part sur le dos d'un stewart, on me colle un bel autocollant de la compagnie sur mon tee-shirt, et hop on m'envoie en salle d'attente. J'ai longtemps cherché un petit écran informatique pour savoir à quelle porte je devais embarquer... En fait, à chaque décollage, un monsieur crie le numéro du vol (également écrit sur un panneau) dans la salle d'attente! Je monte dans un joli navion et je me rends compte qu'il fait au moins 3 escales à chaque fois: les hélices tournent, les passagers descendent, montent et ça redécolle! Pour ce premier vol, mon étape est la 1ère du plan de vol.

Georges Orwell, auteur d'Une histoire birmane, a été soldat pendant l'occupation britannique et il parlait de Mandalay comme la ville aux 5 P : "porcs, prostituées, pagodes, parias, prêtres". J'avoue n'avoir pas vu les prostituées mais cela vous met tout de suite dans l'ambiance de cette ville, au centre du pays, située à 650 km de Yangon et qui fut la dernière capitale de l'empire birman. Posée près du fleuve Irrawaddy, j'ai adoré séjourner 3 jours et arpenter la ville à vélo (merci à la Chine pour l'expérience acquise pour slalommer!). Mention spéciale à ma GH et ses charmants proprios: le Peacock Lodge!

colline_mandalay

Vous n'échaperez pas à une petite leçon d'histoire: lorsque Bouddha se balada dans le coin, il décréta que pour son 2400 e anniversaire, une ville serait conscruite aux pieds de la colline de Mandalay, ce que fit le roi Mindon en 1857. C'est dans la région (à Pakokku pour être exact) que débuta la Révolution safran des bonzes en 2007 pour manifester contre la hausse du prix des carburants. Elle fut réprimée dans le sang très rapidement par la junte. Condamnée par l'ONU, cette répression a conduit à isoler le pays encore un peu plus avec l'UE, les US et le Canada qui ont durci les sanctions économiques à l'encontre de la Birmanie.

colline_temple

La visite de la ville débute par la colline de Mandalay et les très beaux temples qui l'environnent. Au sommet, après avoir crapahuté pieds nus 1700 marches en esquivant chiens, chats, fidèles et petits temples, on surplombe des toits dorés, le palais et l'Irrawaddy. C'est magique. J'ai commencé à découvrir le bouddhisme à la birmane avec des temples parfois très kitsch avec leurs Bouddhas surmontés d'une auréole lumineuse comme à Las Vegas et des mosaïques qui parfois tiennent de la salle de bain clinquante. Mais cela confère un certain charme car les Birmans aiment ce qui brille et sont modernes dans leurs pratiques religieuses!

bouddha__clair_

mosaique_et_chien

temple_mosaique

Un peu plus loin se trouvent les pagodes KUTHODAW (le plus grand livre du monde!) et SANDAMUNI. Elles datent toutes deux du XIXe siècle et se composent d'une multitude de petites stupas blanches. Quant à la première, elle tient son surnom des 729 stèles d'albatre cachées dans les stupas qui s'y trouvent. Il s'agit du canon (règles des décisions solennelles) bouddhique élaboré sous le roi Mindon en 1860. Il faudrait 450 jours, en raison de 8h/jour pour finir ce très gros livre! L'ambiance au coucher du soleil est vraiment "spirituelle" et calme au milieu des personnes venues prier à la fin de la journée. 

 

stupas1

pagode

temple

stupas

moine_seul

Tout près se trouve également la pagode KYAUKTAWGYI que j'ai vraiment aimé, tant pour son bouddha en marbre qui a nécessité 10 000 personnes pour le transporter, que pour tous les animaux qui s'y baladaient, l'absence de touristes, les vendeurs et les moines concentrés sur un match de foot (les Birmans sont de grands fan de foot! Surtout Manchester United et je les comprends. Ils peuvent vous citer des villes françaises en ayant lu les résultats sportifs. Ainsi ils peuvent connaître l'OM mais pas Marseille :)...

bouddha_marbre

Bouddha de marbre

piliers_mosaiques

Mon coup de foudre pour Mandalay tient également à tous les moines aux robes pourpres, safran, orange, incarnats, rouges qui se promènent en ville.

bonzesse_et_ombrelle

Les monastères de bois m'ont aussi subjugués comme celui de SHWE NANDAW que j'ai aperçu de l'extérieur car je refusais de payer le ticket combiné de 10 dollars. Tout en teck (bois précieux, très présent en Birmanie, qui possède 90% des réserves mondiales, mais qui conduit à un gros problème de déforestation), le toit est finement ciselé et les portes admirablement sculptées. Le très beau monastère de SHWE IN BIN se visite sans ticket et il est déserté des circuits touristiques (il n'y a pas non plus foule encore en Birmanie). Construit sur pilotis en 1895, les portes et les frontons sont sublimes. Magnifiés par l'ambiance tamisée et spirituelle avec quelques moines souriants et curieux de savoir d'où je venais et pourquoi je voyageais seule!

monast_re_bois1

d_tail_bois

porte_bois

Autre splendeur de Mandalay: la pagode MAHAMUNI. Construite en 1784 pour abriter un Bouddha rapporté du royaume de l'Arakan, c'est la pagode la plus vénérée de la ville. A l'intérieur, c'est débauche d'or et de pourpre. La ferveur populaire est vraiment impressionnante surtout autour du Bouddha. Les hommes se pressent autour de lui pour déposer des petites feuilles d'or qui lui donnent cette allure boursouflée, alors que son visage est lisse et brillant. Il pèse aujourd'hui 2 tonnes: 2 tonnes d'or! La couche d'or sur sa poitrine atteint même parfois 20 cm. Les femmes n'ont pas le droit d'approcher ce Bouddha et prient dans un espace derrière celui des hommes.

bouddha_dor_

bouddha_feuille_or

femme___la_pagode

bonzesse

paya_mahamoni

Dans les allées de la pagode, on croise des échoppes de souvenirs et des astrologues. Les Birmans sont très superstitieux! Ainsi, il se dit que la conduite se fait à droite avec le volant à droite car ça aurait été décidé par un astrologue proche du pouvoir (pas très rassurant quand le bus double, mais un co-pilote à la fenêtre avertit le conducteur lorsque le passage est libre!). De même, le chiffre bonheur de l'ancien dirigeant de la junte était le 9, il avait décidé de faire des billets de banque qu'avec des multiples de 9.  Je vous laisse imaginer le désordre...

chiromancie

Se faire lire les lignes de la main en quelques minutes.

eau

On trouve un peu partout en Birmanie des jarres pleine d'eau avec un petit gobelet et chacun peut se servir!

petite_fille_allong_e

Une petite fille très appliquée.

petite_fille_costume

Tandis que celle ci est épuisée d'avoir participer à une cérémonie religieuse.

pt_gar_on_aux_glaces

Les cornets de glace ne m'ont pas vraiment tentés...

J'ai fini ma balade de la ville dans un atelier de feuilles d'or pour me rendre compte du travail de patience que cela représente. Pour faire 500 feuilles, un homme tape sur l'or pendant 5h avec une masse de 8 kg. Puis les femmes, avec du talc sur les mains pour éviter que les feuilles ne collent et une spatule en corne, font des petits carrés qu'elles glissent entre 2 feuilles de riz. Une petite feuille d'or coûte 700 kyats soit 1 dollar, soit le prix d'un milk shake banane en Birmanie! Elles m'ont expliqué que c'était parce que les Birmans veulent offrir ce qu'ils ont de plus précieux à Bouddha et tout le monde peut acheter de temps en temps une feuille d'or ainsi.

feuille_d_or

Milk_shake

Super milk shake banane!

Mon séjour à Mandalay prend fin et c'est parti pour 15h de bateau pour me rendre à Bagan.

Posté par elsaplume à 06:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 août 2011

A la découverte de la Birmanie : Yangon

Pour des raisons toutes personnelles, j'ai décidé de me rendre en solo avec mon ami le sac à dos, en Birmanie. 15 jours en tête à tête dans un pays fascinant baptisé depuis 1988, Myanmar et aux mains d'une junte militaire depuis 1962, ce n'est pas forcément le plus simple au premier abord. Et au final, les choses se sont très bien passées! Je connaissais mes deux guides par coeur et surtout, les parcours touristiques sont tellement balisés qu'il est difficile de sortir des chemins battus et qu'on ne voit que ce qu'on veut bien nous faire voir.

En préparant mon voyage, je me suis posée la question du boycott du tourisme, lancé par Aung San Suu Kyi en 1995 (lorsque la junte souhaitait faire de 1996, l'année du tourisme en Birmanie et ainsi ouvrir ses caisses aux entrées d'argent occidentales). Mais certains arguments m'ont décidé à m'y rendre et en juin 2011, l'opposante a levé ce boycott appelant à un tourisme responsable. Ce que j'ai essayé de faire en faisant appel à des services privés, en descendant dans les petites GH familiales, en faisant vivre les petits commerces et en parvenant à ne pas payer les droits d'entrée des sites de Bagan et Mandalay s'élevant à 20$. Mais je ne me fais pas d'illusions non plus et je sais par exemple que même les petits hôtels paient 12% de taxe au gouvernement...

Yangon ou Rangoon: premiers pas en Birmanie car il est interdit d'y pénétrer par voie terrestre. Le dépaysement est immédiat. J'ai l'impression d'être 50 ans en arrière: les hommes portent tous des longyi, sorte de paréos à carreaux noués sur le bassin pour les hommes (sur les hanches pour les femmes); les femmes sont maquillées d'une étrange pâte jaune, le thanaka, faite à partir d'une écorce d'arbre; les voitures sont d'une autre époque; les immeubles coloniaux laissés à l'abandon me font penser à Cuba, les trottoirs cabossés, les fils électriques par centaines servant de perchoirs aux pigeons....

3 ladies

batiments

pigeons

rue rangoon

stand food

Dès mon arrivée, je ne me sens pas très à l'aise mais cette impression se dissipera rapidement. Une fois avoir changé mon argent au black (en effet, la carte bleue et les distributeurs sont inexistants en Birmanie et on doit arriver avec des dollars tout beau tout neuf, le moindre pli le rendant invalide au change) près du marché Bogyoke (grand marché quelque peu touristique qui propose plein de beaux produits d'artisanat) et m'être un peu fait avoir, la fascination prend le dessus.

Les stands de nourriture, les moines à tout va, les toits des pagodes dorées au milieu d'un urbanisme qui se développe à un autre rythme qu'en Chine. Arpenter Yangon, c'est pénétrer dans des atmosphères toutes différentes: le quartier Indien avec ses temples hindous où se baladent des lapins en liberté (vrai de vrai!); le quartier chinois me rappelle la Chine du sud; et au milieu de ce little Delhi et Chinatown, se dressent des bâtiments britanniques à l'agonie aux façades grisâtres  recouvertes de végétation.

temple chinois

bonzesses

Les jeunes bonzesses se promènent et chantent.

maison thé

Les petites maisons de thé sur des tables de dînette: parfait pour déguster le thé avec une bonne dose de lait concentré et des patisseries. Un vrai moment convivial pour les Birmans.

bus

Ma 1ère expérience: le bus dans lequel on monte à la sauvette. Fort!

journeaux

On plie les journeaux le matin à 7h avant de les vendre à la criée.

trottoir

La joie des trottoirs tout cabossés!

 Lorsqu'on se balade sur les rives de l'Irrawaddy, le fleuve principal du pays, on prend conscience du grouillement de la ville et des ouvriers qui y travaillent bien que la ville depuis 2005 ait perdu son titre de capitale. La junte pour des raisons assez floues (politiques car peur d'attentats et ésotériques, l'astrologue du pouvoir ayant influencé cette décision) a décidé de déménager dans le secret la capitale vers Nay Pyi Daw, qui signifie " la demeure des rois" (toute la mégalomanie et superstition de cette dictature!). La population a appris ce changement quelques mois après. L''avenir semble leur avoir donné raison car alors que Yangon était frappé par le cyclone Nargis en 2008 qui a fait plus 140 000 morts et 2 millions de sans abris, Nay Pyi Daw n'a pas été touché.

Yangon est aussi célébre pour ses très belles pagodes ou payas en birman.

bouddha bois

bouddha couché

La pagode Chauzkhtakyi: on trouve dans cette pagode, un des plus grands bouddha couché du pays. 70m ! Il date de 1980 et a été recouvert à la feuille d'or. Ses pieds sont incrustés des 108 préceptes bouddhiques.

bouddha couché pied

paya sule

La paya Sule: une pagode au milieu d'un rond point et du traffic urbain.

paya sule bis

shwedagon

La Paya Shwedagon: le joyau birman! Vieille de 2500 ans, elle est au coeur de la vie religieuse birmane. S'y dégage une atmosphère de vénération et mystique amplifiée par ma visite sous la pluie. Après avoir visitée l'immense pagode et admiré les petites stupas, les bouddhas, il s'est mis à pleuvoir. Une chance car c'était la seconde averse depuis le début de mon séjour en plein saison des pluies. Tout le monde s'est abrité dans les temples en attendant que la pluie cesse tout en continuant à prier en direction de la stupa. Très beau "spectacle".

La stupa centrale abrite 8 cheveux de Bouddha. Elle fut plusieurs fois pillée car elle conserve de fabuleux trésors: la stupa principale, haute de 100 m est recouverte de 700 kg d'or et la girouette est incrustée de plus de 2400 pierres précieuses! De quoi attirer les convoitises! C'est pour cela qu'elle est encore plus belle la nuit lorsqu'elle brille de mille feux. Symboliquement, Shwedagon demeure le point de ralliement de nombreuses manifestations du peuple comme en 1988 et en 2007 lors de la révolution safran.

bouddha éléphant

L'éléphant blanc porte bonheur en Birmanie car la maman de Bouddha aurait été fécondée par un éléphant blanc. Chaque empereur en avait un. Sans être vraiment blanc, l'animal devait posséder: 4 ongles au lieu de 5, une peau virant au rouge quand on l'asperge, un iris jaune cerclé de rouge et une queue d'une certaine longueur! De plus selon le calendrier birman qui possède 8 jours (le mercredi est divisé en 2), Bouddha, né un mercredi, serait du signe de l'éléphant.

bouddha paya

paya

paya 1

shwedagon nuit

La pagode Shwedagon de nuie.

moine tel

Un moine au téléphone! Version birmane de la cabine téléphonique: un téléphone sur une table dans la rue!

Posté par elsaplume à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juillet 2011

La gloire du Parti ou Kung Fu Panda ?

La gloire du Parti ou Kung Fu Panda ?

images

Officiellement, les Chinois se pressent dans les salles de cinéma pour voir le film célébrant la naissance du Parti communiste, qui fêtait ses 90 ans le 1er juillet 2011. En réalité, le succès de Jian Dang Wei Ye (Beginning of The Great Survival*), projeté dans tout le pays, serait quelque peu gonflé. Deux chaînes de cinéma au moins bidouilleraient les billets pour faire grimper artificiellement le nombre d’entrées et les recettes du long-métrage. Le China Digital Times publie des photos de tickets vendus dans des cinémas de Pékin. Ces trois billets portent le nom du film en l’honneur du Parti. Sauf que ce titre imprimé est rayé à la main et remplacé par celui du film demandé. L’horaire et le numéro de la salle sont également biffés. Dans le premier cas, le spectateur allait voir Kung Fu Panda 2 , en 3D ; dans les deux autres, le film de sabre Wu Xia. Les billets ont été délivrés par les chaînes de cinéma Yin Tai Ying Cheng et JinYi International Cinemas, laquelle compte 300 salles et 50 000 places dans les grandes villes du pays. Ces photos de billets, initialement mises en ligne par des spectateurs sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, ont été supprimées du site de microblogging au bout de deux heures, rapporte le portail d’information hongkongais CGNews.com. Si la manipulation est réelle, les toiles concurrentes viennent donc booster le box-office du film à la gloire du PCC. “On aimerait bien avoir une concurrence loyale”, s’insurge le producteur de Wu Xia, tandis que le réalisateur de ce film d’arts martiaux, Peter Chan, dénonce des manipulations similaires dans les villes de Dalian et Anshan. Le producteur de  Jian Dang Wei Ye table sur 1 milliard de yuans [109,5 millions d’euros] de recettes. Au bout de vingt jours, note CGNews, il plafonnait à 312 millions de yuans [34 millions d’euros], bien que la sortie du blockbuster hollywoodien Transformers 3 ait été reportée à fin juillet pour faire place au film “rouge”.

* Aussi baptisé The Founding of a Party.

Courrier International - juillet 2011

http://www.courrierinternational.com/article/2011/07/11/la-gloire-du-parti-ou-kung-fu-panda

Posté par elsaplume à 09:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2011

Les douceurs de la vie coréenne

On ne peut mentionner un séjour en Corée du Sud, sans parler de la gastronomie! Ce fut une découverte et une révélation pour mes papilles!

Quelques petits plaisirs:

  • Les barbecues. Un grill intégré à la table permet à chacun de faire son propre bbq et de veiller à la cuisson de sa viande, pommes de terre, fruits de mer... Le bulgogi, fines tranches de boeuf, peut à la fois se manger en pot au feu ou bien grillé. Pour cette dernière façon, il est servi avec des feuilles de sésame et de salade. Il suffit de rouler la viande préalablement trempée dans une sauce et de la rouler dans sa feuille. Déguster avec une bonne bière!

bbq

resto

bulgogi

Bulgogi version pot-au-feu.

  • Le Bibimbap. Il 'agit d'un plat de riz servi avec des légumes, du boeuf émincé et avec un oeuf au sommet. Délicieux.
  • Kimchi. Cette entrée coréenne accompagne tout repas et est devenue un symbole de fierté nationale. Il existe même un musée du Kimchi à Séoul (vous trouverez le musée du poulet également!). Au départ, ce plat était un moyen de conserver les légumes pour les longs hivers rigoureux. Fait avec des cornichons et du chou fermenté et pimenté, il existe toutes sortes de déclinaisons avec du concombre, des radis...

kimchi

On trouve toutes sortes d'autres plats délicieux à base de poissons (ne pas oublier que se trouve en Corée, le plus grand marché aux poissons d'Asie, à Busan!), de nouilles et même des raviolis vapeurs, mandu, très semblables à leurs voisins chinois. Il suffit de traîner sur les marchés pour découvrir de nouveaux fruits, de nouvelles épices...

marchés

Une spécialité coréenne que je ne peux oublier: le thé!  A base de coing, de ginseng ou à la cannelle, il se sirote à tout moment. Nous avons trouvé ce merveilleux salon de thé à quelques pas de la rue touristique d'Insagong: le Yetchatjip. Il faut le trouver mais après avoir grimper un vieil escalier tout grinçant, vous pénétrez dans un petit coin de paradis avec des oiseaux qui volent en liberté autour de vous!

salon

bird

thé

Thé servi avec des gâteaux de riz soufflé.

Et pour ce remettre de tous ces excès et plaisirs, quoi de mieux qu'une autre spécialité coréenne: le spa! Véritable institution en Corée du Sud, les spas sont des lieux de vie conviviaux, familiaux et de détente. Nous sommes allés au Dragon Hill Spa, dans le coin du Musée national. Ouvert 24h/24, c'est une vraie institution. Pour 12 000 w. soit environ 8 euros vous pouvez bénéficier de 12h de détente! A votre arrivée, on vous offre un petit pyjama ;) Le spa se divise en 2 espaces: le premier est mixte (d'où l'utilité du pyjama si saillant) et permet aux amoureux et amis de se détendre ensemble. Écran géant pour regarder la série du moment, resto, salle internet, jeux vidéo et salle de sauna allant de 11° à 60°!

spa

La seconde partie est non-mixte. Il s'agit de bains allant du froid au bouillant, d'un hammam, d'une salle de massage et de douches. Les Coréennes ont toutes leur petit tabouret et ainsi assises près des douches, elles passent des heures à se laver, se coiffer, se faire mes masques, s'épiler... Un vrai moment entre filles, dans le plus simple appareil. Cela me fait penser aux hammans marocains. Cette absence de pudeur est assez agréable car l'ambiance est détendue et chacune barbote dans son bain sans faire attention au corps de sa voisine.

De quoi donner envie de revenir!

 

Posté par elsaplume à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juin 2011

La naissance de Bouddha

Nous avons la chance de visiter Séoul au mois de mai : les arbres fleurissent un peu partout et les cerisiers rivalisent avec leurs voisins japonais. La ville a également mis ses habits de lumière pour l'anniversaire de Bouddha qui aura lieu cette année le 10 mai. Des lanternes en papier en forme de lotus décorent tous les temples pendant un mois, et on trouve ces lanternes, de couleur bleue, rouge, rose, verte et jaunes suspendues un peu partout dans les rues. Un vrai plaisir des yeux!

voeux

Petite présentation des deux temples principaux de Séoul. Dans chacun l'ambiance était à la fête et les fidèles achetaient des lanternes pour y accrochaient leurs voeux.

lanternes rouges

Le temple Jogyesa est le temple majeur de la capitale coréenne. Construit en 1938 et de l'ordre de Jogye (la principale branche du bouddhisme coréen), ce temple zen est situé au coeur de Séoul. L'architecture du temple s'inspire du style de la dynastie Joseon. Une des particularités des temples coréens que j'ai pu remarquer, est la décoration des murs extérieurs: on y voit des peintures magnifiques retraçant des passages de la vie de Bouddha. Notez qu'il faut se déchausser avant de pénétrer dans les bâtiments.

shoes

Les trois bouddhas géants dans le temple sont impressionnants, surtout avec toutes ces lanternes illuminées, les incantations dans la salle... A gauche, c'est Amitabha, le Bouddha du Paradis de l'Ouest; au centre, il s'agit du Bouddha historique venant d'Inde et qui a achevé sa réincarnation; à droite, Bhaisaiya ou le Bouddha de la médecine. Les bouddhistes viennent dans cette salle et se prosternent 3 fois, le front sur le sol: une fois pour Bouddha, une seconde fois pour le dharma (les enseignements bouddhistes) et une troisième fois pour les moines qui occupent le temple. Ils sont une vingtaine.

bouddha

bebe

Un très beau temple et Bouddha sait que j'en ai vu! Aux alentours, des magasins d'encens et autres objets de culte fourmillent.

moines

Le temple Bongeunsa date du 8ème siècle! Niché au milieu des gratte-ciels du quartier de Gangnam au Sud de la ville, il est composé de plusieurs petits pavillons qui s'étalent sur la pente d'une colline. Le contraste est saisissant. On pénètre dans ce temple par la Porte de la Vérité protégée par 4 gardiens qui n'ont pas l'air commode. Là encore, les Coréens s'affairent dans la déco du temple!

P1040646

temple D2

La statue de Maitreya, le Bouddha du futur, haute de 23 m est la plus grande de Corée.

statue bouddha

J'ai pu observer sur ces deux temples, la croix bouddhique vue déjà en Chine mais plus rarement. A l'horigine hindouiste, le svastika et son inverse, , appelé sauvastika a été utilisé par les bouddhistes probablement dès la fondation de cette religion aux alentours du VIe siècle. Selon les pays, elle a plusieurs sens, dont celui d'éternité et signale les temples. Bien entendu elle n'a aucun lien avec le croix gammée malheureusement plus connue en Europe.

temple D

temple D1

lanternes allée

Nous quittons le temple et cette ambiance spirituelle pour aller à la découverte du COEX, juste en face. Soit le plus grand mall d'Asie: boutiques, cinéma, aquarium, ce centre commercial fourmille de monde et en 1h, on a qu'une envie, repartir sous les lanternes!

 

 

Posté par elsaplume à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,